le point imaginaire

< écriture au fil des jours < autofictions

Les derniers textes…

en route pour colmar

8 novembre 2018
on roule

mon vieux pull en cashmere

17 mai 2018
un pull d’une belle matière

voyager

1er mai 2018
on a pris la route

la girl

17 avril 2018
vous marchez

bombes au phosphore

14 avril 2018
il a fait creuser
|

comment en parler

1

Ce jour où nous étions trois, debout, appuyés à la grande table, la tête baissée, juste après les mots, leur trébuchement, l’aveu, la raucité de la voix, la lèvre d’amertume, et cette odeur de sel, d’haleine honteuse, dans la montée d’un souffle brûlant, j’ai pardonné.

2

Chut.

3

Il a essayé d’en parler. Juste avant mon déménagement. J’habite ce chemin dans les vergers, qui débouche sur le Palacio d’Abraxas. Les choses auraient alors pu s’aligner, comme ce Théâtre en forme d’arche, dans l’axe de l’Arc du Carrousel, de l’Arc de Triomphe, bien avant l’Arche de la Défense. Ce dernier pas tout à fait en face, construit avec une rotation de quelques degrés, pour sécuriser les fondations. Une nappe phréatique mal placée, je crois. Il me tend gêné un Journal Officiel sur les changements de noms, qui date du début de la deuxième guerre mondiale, qu’il ouvre à la page d’un Monsieur Lévy. Je souris sans bien comprendre ce qu’il veut dire. Est-ce que ça aurait changé quelque chose qu’il le dise. Et si je n’avais pas souri, est-ce qu’il l’aurait dit.

Site sous licence Creative Commons