< écriture au fil des jours < carnet de notes

Les derniers textes…

impressions marseillaises

8 mai
la douceur du printemps

l’écriture, la vie

28 avril
m’en remettre à toi

10h17

30 mars
le bonheur, ça tiraille

les deux automnes

2 mars
deux arbres

café fertig ?

6 octobre 2020
j’ai une cafetière
|

ogives muets et masculinité triste


Qu’est-ce qu’il en est de la masculinité triste ?
Ce qui semble rester de ce lieu,

L’abbaye d’un ordre double (homme-femme) fondée par Robert d’Arbrissel,
au plus fort, l’abstinence, le silence, la pauvreté,

ouverte au plus humble comme au plus riche

Une utopie d’accueil, la cité idéale,

ce qu’on retient : une Nécropole,

Il y aurait pu Aliénor, la mère du Cœur de Lion
La Reine qui lit y est enterrée,
Mais c’est son artefact de gisant qui prétend à,
Un peu moins morte de ce qu’elle lit,
en recomposition de ces peut-être os retrouvés lors de la restauration

la reine comme assombrie d’une répudiation (Louis VII),
qui malgré la lutte contre le roi tyrannique,
se trouve réunie à Henri II de Plantagenêt,
celui dont elle s’était séparée
Elle est morte, le soleil

quel sort fait aux trente-six abbesses, qui semblent réduites à ces ogives muets

Est-ce leur austérité qu’on ressent,
Une féminité triste ?

Cette sensation d’un lieu clos, jaune du tufeau,
L’étroitesse de la place
Cette légère déclivité qui fait entrer dans l’abbaye-prison
Peut-être l’effet de huit-clos dès le portail occultant

L’approche d’un lieu lourd
La pierre noircie des cuisines

au plus profond
la cruauté qui suinte de la prison,

et Notre-Père Genet,


faisant trace de cet infini désarroi

julien salaud - la crypte des effraies - fils et tissage

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 2 avril 2018 et dernière modification le mercredi 13 janvier 2021
Merci aux 224 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)