le point imaginaire

les derniers textes

Cinq dernières rives…

foiria, foqueux et de quelques beaux mots

12 novembre 2031
sans commentaire, juste pour la beauté de la langue

le vrai du faux

19 mars 2028
le faux du vrai

bémol de soi

13 décembre 2027
parfois on se croit de passage

fleurs au vent

7 décembre 2027
elle comptait les fleurs

texture, tu me, bois

1er décembre 2027
c’est ainsi

impressions marseillaises

la douceur du printemps à Marseille,

son soleil jouant dans un entrelacs avec les feuillages,

ses parfums du Parc Puget rebondissant dans les cascades,

ses immeubles Perret dans le Vieux Port,

son architecture rabibochée qui tombe sur la.e, faut-il dire, rade ou baie,

et puis la traversée,

l’arrivée à l’Estaque,

comment résister aux clichés,

ce qui en sauve sera pour toujours la découverte d’une petite, frémissant, s’époumonant, dormant, se pelotonnant, tétant, tentant à petits regards d’attraper les ombres, laissant affleurer quelques sourires, un être vibrant.