le point imaginaire

< écriture au fil des jours < poèmes

Les derniers textes…

attrape le temps

20 octobre
finitude

double ville

12 juin
la ville tremble

jusqu’à ma dernière attestation

19 mars
regard sans confinement

en quête du vert

2 mars
tous ces mois

décongelé

17 février
on croit
|

attrape le temps

Finitude.
Pour que le temps laisse sa marque,
entrer dans sa durée et s’immobiliser.
Pas longtemps, y résister.
Continuité. Seule, la suspension.
Mon histoire contre ton flux. Je me love, le temps.
Ma trace, dans les mots, dans les images,
dans mon intention de vivre captée par d’autres,
Empreinte de chaque cri pris à la nuit,
de la rencontre-fruit, d’où jaillit
un être.
Je m’installe, peut-être dans sa genèse,
plus tard dans la mémoire, pas pour l’éternité.
La suite ne me concerne plus.
Automne. Hiver. Printemps. Eté.

Site sous licence Creative Commons