le point imaginaire

les derniers textes

Cinq dernières rives…

est-ce qu’on perd le corps

20 septembre
peut-être le corps du bébé

On au singulier

5 septembre
On au singulier

t’inquiète, c’est qu’une chauve-souris

2 septembre
hier, on est allé

fraîcheur de maison de pierres

21 août
le soleil derrière les écrans

no surfing today

17 août
verne approche

est-ce qu’on perd le corps

est-ce qu’on perd le corps ?

peut-être le corps du bébé qu’on a été, sans sensation, sans caresse,
on rentre en soi au soir, est-ce dans le corps,

ou le mou de l’ado dans ses trébuchements d’en-trop

reviennent parfois
éctoplasmes qui délitent le texte,
les phrases qui s’enméandrent

se prémunir par les doigts sur le clavier
ou sortir,

est-ce que la confiscation de l’en-marche par le pouvoir
nous contraint à l’hésitation, au doute, à l’aliénation de nos corps

sommes-nous moins en marche de ce qu’il est rempli de ses certitudes ?
sommés de marcher à sa façon
comme s’il n’y avait qu’une seule façon de le faire