le point imaginaire

< écriture au fil des jours < carnet de notes

Les derniers textes…

ajej

22 octobre
on s’étendrait sur le sol

t’inquiète, c’est qu’une chauve-souris

2 septembre
hier, on est allé

fraîcheur de maison de pierres

21 août
le soleil derrière les écrans

figure mobile

6 juillet
chercher le mot adapté

personnage qui vaut

3 juillet
tu vas faire les présentations
|

ajej

On s’étendrait sur le sol et on attendrait la mort dans le bourg condamné. On s’étend sur le sol et on attend. Il ne se passe rien, mais on entend, c’est d’abord un chuintement, discret, lointain, un bruissement fait de sons inconnus. Et puis, vite, il faut bouger, se protéger. L’ajej est là, l’ajej intraduisible. Il dit : un concept.

Je comprends que c’est un vent, une bourrasque soudaine, une tornade d’à peine un mètre de haut ; le souffle est chargé de poussière chaude, de sable et de détritus. En spirale sur lui-même, il pique par giclées, il choisit les yeux, les jambes, les fenêtres des voitures, les passages entre les toiles tendues des échoppes au marché. L’ajej est mouvement, l’ajej est condamnation, tout à la fois.

Site sous licence Creative Commons