le point imaginaire

< écriture au fil des jours < de l’écriture

Les derniers textes…

métissages

30 décembre 2019
de babel

d’écrire, la fin

26 décembre 2019
écrire un livre

j’entends la sonnerie

13 novembre 2019
entends-tu

le passé violent

7 novembre 2019
ici, nous coïtons

la clef cryptée

28 octobre 2019
lu en allemagne
|

métissages

De Babel, nommer le hâlé, le pâle, le safrané, le rose, le basané, le bistre, et même l’ébène qui absorbe la lumière, palette du peintre ou du sociologue, il n’y a pas de noir, il n’y a pas de blanc, mais des princes aux traits hautains, des corsaires aux visages anguleux, des vieux aux joues de papier froissé, des femmes aux fronts ridés, des jeunes filles aux lèvres rebondies et des myriades d’yeux soulignés de khôl, verts couleur de vase, marrons impérieux ou orangés cornaline. Il n’y a pas de blancs, il n’y a pas de noirs.

Site sous licence Creative Commons