le point imaginaire

< écriture au fil des jours < de l’écriture

Les derniers textes…

direct ou indirect libre

7 octobre
dans un roman

la fin du roman

28 septembre
la question de

personnages, anchorage

8 juin
ce monde en moi

une autre forme de 3D

15 avril 2018
on se réservait de filmer un jour

qu’il faut filmer au présent

20 mai 2017
sur Shoah
|

direct ou indirect libre

Dans un roman dont les trois-quarts contiennent très peu de dialogues en style direct, peut-on introduire un chapitre entièrement dialogué, c’est-à-dire rompre avec la marche de la narration, son côté sibyllin jusque-là, ou doit-on se résoudre à tout reprendre en discours indirect libre au risque de la lourdeur ? Envie de croire que le surgissement de l’oralité peut rendre compte d’une bifurcation de la relation entre les deux protagonistes, l’émergence d’une nouveauté, l’acceptation de se confier, qui va ouvrir l’autre dévoilement, celui du passé. Mais crainte que cela casse la modalité du texte, sachant que la parole n’est pas une modalité du réel ou à peine lorsque parcimonieuse.

Site sous licence Creative Commons