le point imaginaire

< sur l’art < at work

Les derniers textes…

qui a peur d’anselm kiefer

28 novembre 2015
sur l’œuvre d’anselme kiefer au grand palais

bien au contraire : jarry

20 octobre 2015
de l’expo alfred jarry archipelago, la valse des pantins, acte II à la ferme du (...)

l’acte gratuit de giani motti

11 septembre 2014
valeur faciale, valeur d’échange, valeur d’usage

plongée dans la force de l’art 02

26 janvier 2014
au grand palais en 2009

la représentation de la représentation

12 janvier 2014
de la construction d’un temps de l’écriture ou d’un espace de la création
|

qui a peur d’anselm kiefer

Détail de la maison Voyage au bout de la nuit

On ne peut pas ne pas aller voir l’œuvre d’Anselm Kiefer, présentée dans le cadre de la carte blanche offerte à un artiste de renom, Monumenta, au Grand Palais.

La merveilleuse nef de lumière et de verre du Grand Palais se prête admirablement à cette œuvre. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il y a le premier plan et le second plan d’Anselm Kiefer.

Le premier plan, ce qui s’impose au regard est le monumental et le gris de la modernité bâtisseuse. Nous sommes environnés de formes mal vieillies, de zinc gris et de béton armé brisé, illustration d’un après-guerre qui n’advient pas, d’un immense abîme de murs lézardés, d’enchevêtrement de murs issus du grand chambardement et de cubes froids du prêt-à-construire qui ne pense pas. Anselm Kiefer plante son décor, vous ne pourrez l’ignorer.

Le second plan d’Anselm Kiefer allie littérature, végétaux et minéralité.

Détail de la Maison Secret des Fougères, Der Geheimnis den Farns (citation de Paul Celan)

Du palmier allongé vaincu à terre au secret tourmenté des fougères, chères à Paul Celan, ou au Nebelland, le pays du brouillard, d’Ingeborg Bachmann, l’œuvre de l’artiste nous plonge dans un infini désarroi. Une émotion sourde nous fait vibrer. Elle ne s’achève pas dans le périple au pays de la rouille, qu’Anselm Kiefer nous fait découvrir à l’endroit puis à l’envers, mettant ses mots dans ceux de Céline, dans Voyage au bout de la nuit. Elle ne s’évanouit pas non plus dans les crissements du verre, chuchotement mystérieux d’une langue que seuls les initiés parviennent à comprendre, celle du Shevirath-ha-Kelim, le bris des vases.

Détail de la Maison Nebelland, Pays du brouillard (Citation d’Ingeborg Bachmann)

Tout fait temple chez Kiefer, un troisième Temple, qui n’adviendra pas, car nous sommes au-delà d’un monde que rien ne fera revenir. Le monde d’une culture allemande qui a vu la limite de sa toute-puissance dans l’horreur du nazisme et qui ne peut s’autoriser d’aucun pardon, d’aucune ignorance. N’y voyons pourtant pas là un mausolée sombre, car l’œuvre curieusement n’est pas triste, elle transcende par sa force toute velléité de mélancolie ou de nostalgie, elle place cet acte dans l’endossement d’une faute collective, sans culpabilité personnelle de l’artiste.

Chute d’étoiles Détail de l’œuvre présentée au Grand Palais au risque de l’effondrement

Anselm Kiefer à écouter ici sur France Culture


archive anthropia # blog - mai 2007
monumenta au grand palais
œuvres d’anselm kiefer
crédit photos christine simon

Site sous licence Creative Commons