le point imaginaire

< écriture au fil des jours < impressions d’arbres

Les derniers textes…

impressions d’arbres

3 février
une haie d’arbres

sarments de vie

2 janvier
que la vigne

sans doute

8 octobre 2016
je pense, donc j’écris

deux écrins pour la même

6 octobre 2016
écrins, nacré ou pourpre

marée montante sur ma plage

1er octobre 2016
chaque coquillage nourrit ma plage
|

impressions d’arbres

Une haie d’arbres cinq mètres de haut à l’arrière-plan, épaississant la futaie un sapin et un tilleul sans doute, ils perlent les bords de rue dans cet environnement, au premier plan à gauche des lilas, et en bourgeons un magnolia, en plan moyen à droite, quelque chose comme huit mètres, derrière une haie d’ifs, des automobiles un parking, dont on ne perçoit que quelques éclats de couleur quand le soleil darde, la baie est un théâtre que provoquent mes saisons intérieures, de longtemps il me parle de demain, il ignore les mots qui viendraient m’étreindre, il n’est que la quadrature de mon cercle, l’état de mon âme à chaque succession d’interrogations, je rêve parfois de m’y lancer à corps gagné volant comme ces geais à queue bleue qui l’explorent dans une longue diagonale, le dédaignent pour partir derrière les murs vaquer à mon œuvre inconsciente, derrière les murs là où le regard ne peut se perdre puisqu’il est perdu déjà d’être là stagnant si stagnant, le texte se fait attendre, il geste, il gestationne, je le sens dans mon corps, irradient des parcelles de sens qui alourdissent le tourment, à qui à qui l’adresse, donner de moi au qui, celui qui de tout temps décide de venir là, dans l’abri de toucher, dans l’abri de troubler, dans l’abri de fonder, d’atteindre mes frondaisons, de se nouer à moi et puis de regarder comme là depuis ici ma baie qui attend, qui flotte aux jours venants et qui s’immobilise en photo de sépia, bientôt, qu’on voudrait fendre d’un couteau ravageur d’un cri de déchirure, la déchirure est là, contenue dans l’espace, et la lampe toujours qui s’éteint au matin, poursuite automatique qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un chemin qui n’est pas un

Site sous licence Creative Commons