le point imaginaire

les derniers textes

Cinq dernières rives…

journal de plantation

11 février
au commencement et après

destinée des textes

27 décembre 2018
on laisse se perdre

la première fois, l’autre

14 décembre 2018
ce qui le crée

lentement l’écriture

6 décembre 2018
gonflée de lectures

la fiction est au rendez-vous

28 novembre 2018
dans ce roman

On au singulier

la traductrice demande, le « on » est-il singulier ou pluriel,

le « on » de ce texte est au singulier
un « je », le « je » caché du voyageur,
qui cherche l’autre absolu
et en devient étranger à lui-même,
ostranéité contagieuse,
qui aliène et enveloppe de douceur,
comme une escorte de soi qui préserve de l’ego
pour mieux accueillir l’hôte extime