< le goût des autres < lecture, théâtre, etc

Les derniers textes…

william mingau-darlin

6 février 2018
au paradis des cormorans

fabrice villard dans ses œuvres

14 mars 2016
partant du mot « vintage »

en attendant godot

30 janvier 2016
de samuel beckett

discours sur la non-violence

1er novembre 2014
de mahatma gandhi

cécile duval, porteuse d’écriture comme on dit porteuse d’eau

1er octobre 2014
dans la silhouette encombrée d’un manteau à carreaux

fabrice villard dans ses œuvres

Comment partant du mot « vintage », d’une Marseillaise ré-écrite façon mirliton, il nous transporte d’un sujet sur le nucléaire à une théorie de Jakobson, digresse sur Saussure, pas seulement le Ferdinand, mais toute la généalogie de fils en pères, on a droit à une page du dictionnaire, pas de femmes là-dedans et ça l’énerve, tous suisses, inventeurs, scientifiques et même escaladeurs de Mont-Blanc, nous fait un petit tour par le commentaire du commentaire, un extrait de cours, en Sorbonne comme on dit, parfois eu la même sensation physique que dans cette scène de balcon sur la forêt, sombre, de Gracq, au bord du trou noir, un aspirateur à matière, on se perd, un Montaigne dans sa langue ancienne, un texte de Patrice Cazelles dans sa crudité, quand il annonce la fin proche, on sait qu’il n’en est qu’à la moitié, ça parle de poésie contemporaine et de l’histoire trouble du signifiant et du signifié, et si tout ça n’était qu’une tentative d’attraper les bifurcations, et du texte et de la vie, sans doute, se surprend-il à relire, un autoportrait en amoureux qui regretterait la première, celle qu’on n’aurait peut-être pas dû prendre, légèreté, rire, quelque chose parfois d’un Thomas Bernhard dans ses éructations, mais pas misanthrope, tentant de se dépatouiller de ce texte à boutonnage hyper/s/t/extuel, comme la pensée qui va, complexe, on s’imagine lui en train de mapper avec petits bouts de papier de couleur les morceaux enchâssés, les allers, les retours, on se souvient de Claude Simon et de ses constructions virtuoses, et tout ça retombe sur ses pieds de « vintage », sans y toucher.

Ai-je oublié de dire l’augmentation ? Oui, comme auteur, il augmente.


cap étoile, montreuil
une scène, où on peut présenter le work in progress et ça fait du bien

photo prise à l’iphone

Mots-clés

fabrice villard

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 14 mars 2016 et dernière modification le dimanche 3 décembre 2017
Merci aux 182 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)